Le projet « Ways of Something » ou l’histoire de l’art remixée par les artistes du Web

La semaine dernière, je suis tombée sur cet article de Ben Davis (Artnet) qui analyse le brillant projet Ways of Someting. Il s’agit d’un remix vidéo du programme en quatre partie de Ways of Seeing du critique d’art et romancier John Berger (1972), mais pas seulement. C’est surtout l’histoire de l’art, la sémiotique visuelle, la notion d’artiste et l’art numérique qui sont ici commentés, questionnés et théorisés à l’aide d’images en mouvement réunies par la net artiste et commissaire Lorna Mills. 30 artistes et théoriciens du Web s’approprient des œuvres canon de l’histoire de l’art en prenant pour ancrage la piste audio originale du programme de John Berger que l’on entend en voix off. Je n’ai pas trouvé de meilleure définition que celle de Marina Galperina (ANIMAL) pour décrire le projet :

It is a clusterfuck, with 3D renderings, filmic remixes, videos and webcam performances subverting the tropes of art history in an entertaining and overwhelming way.

Si Ways of Something avait existé quelques mois plus tôt, j’aurais certainement intégré une réflexion sur ce projet web d’envergure qui non seulement réunit beaucoup d’artistes de net art et de théoriciens du Web (ce n’est pas comme si ça arrivait tous les jours!), mais qui, en même temps, met en œuvre le remix comme je le définis dans ma thèse, c’est-à-dire, comme une manière de faire de l’histoire de l’art et de la théorie de l’art tout en s’engageant dans sa culture.

Le choix de la trame sonore de John Berger est tellement judicieux, car cet auteur, comme je le mentionne dans ma thèse, nous donne l’impression de connaître  le Web (alors qu’on est, je le rappelle, en 1972!). Son travail pourrait bien être une réflexion de fond, avant l’heure, sur les humanités numériques, la sémiotique de la cyberculture ainsi que la culture remix.

Dans Ways of Seeing, Berger raconte :

If the new language of images were used differently, it would, through its use, confer a new kind of power. Within it we could begin to define our experiences more precisely in areas where words are inadequate. (Seeing comes before words) Not only personal experience, but also the essential historical experience of our relation to the past : that is to say the experience of seeking to give meaning to our lives, of trying to understand the history of which we can become the active agents.

3 éléments de ce passage sont particulièrement intéressants du point de vue du remix :

1-Les images (et les autres écritures médiatiques) peuvent être utilisées là où les mots sont insuffisants. En un sens plus large, les différents médias et plateformes mis en œuvre sur Internet sont des « modes d’engagement ». Plus ils sont diversifiés, plus cela permet de rendre compte de la complexité d’une expérience, d’une pensée, d’une théorie.

2-Les images (et les autres écritures médiatiques) permettent de traduire l’expérience du passé d’une manière singulière. Chaque mode d’engagement exprime une relation particulière avec le passé. Certaines écritures médiatiques (images, vidéo) permettent plus facilement de théoriser l’expérience de l’anachronisme, par exemple, en ce qu’elles offrent une simultanéité qu’on ne peut pas montrer de manière aussi éloquente avec le texte.

3-Cette compréhension de la complexité de notre relation au passé permet alors à tous de devenir des agents actifs dans cette histoire. La compréhension de notre rapport, enrichie par les écritures médiatiques, est donc étroitement liée à l’action, au « pouvoir » de l’action dans le présent, un aspect important de l’idée de remix.

Le projet Ways of Something offre une réponse actuelle au discours que l’on entend sur la trame sonore et dans lequel Berger questionne notre manière de voir les peintures. Il propose un remix visuel fort, d’un point de vue théorique comme esthétique, une démonstration élaborée de ce que l’on peut faire avec la théorie de John Berger à l’ère des technologies numériques. Je suis d’autant plus enchantée que ce projet est, il me semble, fascinant pour tout le monde et non seulement pour ceux et celles qui se penchent sur ces questions précises. À vous de voir :

Ways of Something – Episode 1 from Lorna Mills on Vimeo.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s