L’art d’exposer le Net Art

Exposer le net art en galerie est un art en lui-même! Le curateur, de pair avec les artistes, doit faire preuve d’un peu de créativité car plusieurs défis s’imposent à lui. Certains de ces défis proviennent du fait que l’œuvre s’expérimente à la fois en ligne et dans l’espace de d’exposition. D’entrée de jeu, voici ceux que j’ai rencontrés lors de mon travail à titre de commissaire aux arts électroniques de la Biennale de Montréal 2011 et les solutions que j’ai tentées de mettre en oeuvre :

1-Le meat space

Je m’oppose radicalement à la simple présence d’un ordinateur en salle d’exposition. Si une galerie ouvre ses portes au Net Art, le commissaire doit travailler de pair avec les artistes afin de trouver une manière d’articuler les œuvres dans le « meat space ». La projection vidéo est souvent la solution la plus simple. La création de petites salles de projection toutes noires dans le cadre de l’expo de la Biennale m’est apparue intéressante pour le caractère immersif que cela offrait en présence des projections.

Grégory Chatonsky avait quant à lui créé une œuvre inédite dans l’espace de l’exposition, différente, mais en écho à son oeuvre en ligne. Ce jeu de va-et-vient entre le virtuel et l’espace d’exposition est vraiment stimulant! Son installation intégrait un aspect sculptural, un disque dur posé sur un socle, ainsi qu’une mise en scène particulière.

2- L’aspect inédit

Je m’oppose également à l’exposition d’une œuvre de Net Art préalablement existante. En tant que spectateur, on se déplace pour voir une oeuvre que l’on a jamais vue de nos propres yeux. Sur cet aspect, le Net Art est, on s’en doute, un peu problématique vu son accessibilité en ligne. Toutefois, on ne peut toujours demander à un artiste de créer une toute nouvelle œuvre, bien que ceci soit la solution la plus intéressante. Ajouter un aspect inédit à une œuvre de Net Art est une solution qui s’avère un bon compromis. Dans le cadre de la Biennale, Mark Amerika a créé un remix de son film Immobilité, Craighead et Thompson ont composé un nouveau film pour la plateforme de cinéma en ligne qu’ils présentaient, Martine Neddam a créé une œuvre inédite à l’aide de son personnage virtuel Mouchette qui existait préalablement et Jhave a quant à lui confectionné une toute nouvelle oeuvre.

La traduction d’une oeuvre est aussi une belle option : dans le cas de la revue de littérature hypermédiatique bleuOrange, par exemple, si une oeuvre n’est pas inédite, il s’agit d’une traduction française faite par l’un des membres du comité de rédaction.

3-La visibilité

Comment offrir la plus grande visibilité des œuvres à la fois dans l’espace d’exposition et en dehors de celui-ci? Dans le cas d’une exposition collective comme celle de la Biennale de Montréal, je trouvais intéressant de plonger l’espace « arts électroniques » complètement dans l’obscurité afin de créer une atmosphère qui lui était propre. Chaque salle était munie d’une fenêtre, ce qui permettait d’apercevoir les œuvres via l’espace central où se trouvait le texte d’exposition. La lumière des projections attirait le regard vers les salles et le spectateur était ainsi invité à pénétrer à l’intérieur de celles-ci et de s’y asseoir pour visionner les oeuvres.

Récemment, la Galerie Skor, à Amsterdam, a entamé une série d’expositions de Net Art. J’en parle ici parce que je trouve que cette commissaire a trouvé une manière tout à fait amusante et créative d’exposer une oeuvre de Net Art et d’en faire la promotion. La création d’un Guerilla Fanshop pour l’œuvre Mouchette permet de vendre des accessoires relatifs à l’œuvre : T-shirts, sacs de maquillage, macarons, sous-vêtements, CD ainsi qu’un Fanzine dans lequel mon billet de blog « Imaginary Friends » a été publié (dont l’idée générale et plusieurs phrases ont été reprises dans le texte de la commissaire). Porter du Net Art : quelle bonne idée!

Ce n’est pas la première fois que le Net Art utilise des dérivés tangibles comme prolongement d’une oeuvre en ligne, pensons au Gift Shop d’ Anacam, par exemple. Mais que l’exposition devienne une boutique temporaire qui a pignon sur rue : chapeau!

4-La technique :

Le net art est jeune, mais il est déjà réputé pour être problématique : liens qui ne fonctionnent pas, obsolescence des outils technologiques utilisés, bugs durant l’exposition. Le dernier d’entre eux est sûrement le principal cauchemar du commissaire en arts électroniques, car les deux premiers relèvent des ajustements opérés par l’artiste. Il est impératif que les gens qui se trouvent en permanence sur les lieux d’exposition possèdent des fiches descriptives détaillées pour chaque situation potentiellement désastreuses. Je suggère également une technicienne hors pair, aussi artiste, pour faire le montage non seulement technique, mais esthétique de l’exposition et qui vient faire son tour une fois de temps en temps durant la période d’exposition!

5-La filiation :

Quoi de plus important dans une exposition collective? C’est chouette de trouver un thème et de demander aux artistes de travailler à partir de celui-ci, mais un travail de tissage entre les œuvres est à faire par le commissaire une fois les oeuvres rassemblées. Ce travail se fait à la fois dans la mise en exposition et dans le texte du commissaire. Je crois qu’il faut essayer, par ces deux éléments, d’offrir une certaine uniformité tout en misant sur la singularité de chacune des œuvres. Difficile équilibre!!

Pour ma part, en plus de souligner le thème central de la Biennale, le hasard, j’ai mis l’accent sur l’aspect vidéographique/cinématographiques des œuvres. Il est intéressant de voir que des artistes de net art « première génération » travaillent de plus en plus avec la vidéo tout en renouvelant cette pratique et, comme je le disais dans cette entrevue, on met de moins en moins le spectateur dans une situation interactive (!). Cette mise en oeuvre de la posture traditionnelle du spectateur permet aux artistes de proposer des réflexions sur l’interactivité (omniprésente dans notre quotidien) ainsi que sur des enjeux reliés à la présence des technologies virtuelles. L’univers cinématographique (petites salles noires, rideaux noirs, projections..etc.) créé par la mise en exposition m’apparaissait intéressante pour souligné cet aspect qui était non seulement marquant dans les oeuvres exposées, mais qui me semble bien représenter l’orientation générale que prend l’art sur le Web (Voir ceci et ceci, parmi tant d’autres lectures et expériences artistiques que j’ai faites récemment).

6-Plaire à tout le monde

C’est impossible, qu’on se le dise, surtout dans le domaine des arts contemporains! C’est bien connu, la connaissance de l’art n’appartient jamais aux spécialistes 😉 Un grand sage m’a dit : « I don’t need an art searcher, unless I’m dying of an art attack ».

Ça dit tout, mais je crois que c’est une croyance qui ne tient pas la route. Partir frustré d’une expo, je trouve ça pas mal chouette en fait! Par ailleurs, je remarque que les gens aiment bien être initiés à de nouvelles formes d’art…Et les critiques d’art qui se penchent sur notre expo, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, méritent une lecture attentive par le commissaire de cette jeune pratique qu’est l’expo de Net Art! 😀

Publicités

2 commentaires sur “L’art d’exposer le Net Art

  1. Ouais, belle lancée, pas mal intéressant chère Paule. Ça réveille pour le mois d'août. Dommage que l'oeuvre de Chatonsky ne fonctionnait pas quand je suis passée. Sinon les petites pièces sombres créaient une ambiance féconde.

    J'aime

  2. « Dommage que l'oeuvre de Chatonsky ne fonctionnait pas quand je suis passée. » haha! Et voilà qui perpétue la réputation du net art!! Ah là là!

    Merci de ton passage, j'espère que tu vas bien…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s