Guide de voyage "effet de présence"

10 choses à faire sur la côte californienne, entre San Francisco et Santa Lucia

J’avais envie d’écrire un mini guide de voyage. Je crois que chacun à une manière particulière de voyager et de découvrir. Les choses que je retiens de mes voyages sont souvent très liées à l’expérience de l’effet de présence. Suite à un road trip sur la côte californienne, voici mon top 10 « effet de présence ». L’exercice est laborieux dans la mesure où il y a toujours une infinité de petites merveilles sur mon chemin. Je fais exprès de ne pas mettre des photographies qui en disent trop…Ce sont des choses à découvrir!

1-Le spectre d’une vague mythique

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la fameuse gigantesque vague d’Half Moon Bay. Mavericks, la vague mythique des surfers, atteint le petit village une fois de temps en temps, surtout au mois de février. Elle est bien cachée derrière les rochers au bout de la plage. Les surfers doivent être escortés par des bateaux à moteur pour s’y rendre. Il y a quelques semaines, la vague était si énorme qu’elle a envahi la plage et les spectateurs qui s’y étaient installés pour voir la compétition de surf. Ça fait deux fois que je vais sur le site et que je cherche la vague mythique. Elle ne vient pas. Je peux dire que j’ai largement contemplé son spectre. Malgré (ou grâce à) son absence, cette vague hante de plus en plus mon imaginaire.

2-Les étranges mandarines de la Highway 1

Sur l’hallucinante route 1, celle qui longe la côte californienne, il y a des beaux petits stands à fruits. On y retrouve des dizaines de sorte de mandarines aux formes et couleurs assez extraordinaires. Rien à voir avec nos oranges et nos mandarines. Il faut absolument prendre le temps de s’arrêter et acheter une mandarine de chaque sorte. L’intérieur est aussi étonnant que la pelure. Le summum est vraiment l’expérience gustative. On les déballe comme des cadeaux, on les contemple comme des oeuvres d’art et on les mange comme la meilleure des crèmes brûlées.

3-Plage mirage

Entre Monterey et Big Sur, nous avons rapidement aperçu un endroit sur la route où quelques voitures étaient stationnées. Nous sommes revenus sur nos pas, curieux de comprendre ce qui s’y trouvait. Sur les voitures, des racks à surf et puis derrière celles-ci, un petit sentier dans le bois. Si vous croisez cet endroit subtil, allez-y! Après 15 minutes de marche, le sentier ouvre sur une plage au bord d’une rivière. De l’autre côté de la rivière, vous apercevrez, comme dans un mirage, une autre plage, sauvage et magnifique, qui donne sur la mer. La rivière possède un très fort courant, car à cet endroit, elle se jette dans l’océan. Eh oui, pour profiter de cette plage mirage, il faut un peu d’aventure : il faut traverser la rivière et la retraverser au retour. Ce n’est pas trop creux (jusqu’à la taille environ). On n’avait pas prévu le coup, mais ça valait des millions de fois les vêtements mouillés, froids et inconfortables pour le restant de la journée! C’est évidemment cet aspect inatteignable qui rend cette plage à ce point attirante.

4-Les pulsations lumineuses des méduses

Je suis une fan des aquariums, mais pas du concept de l’aquarium en tant que tel. Ce que je veux dire, c’est que je ne peux m’empêcher de visiter les aquariums même si je suis profondément attristée lorsque je vois les magnifiques créatures, dont on ne peut pas toujours distinguer l’animal du végétal, hors de leur palais. En même temps, les aquariums alimentent mon imaginaire. Lorsque je regarde l’océan, je sais qu’il y a une infinité de vies extraordinaires dans son antre. La conscience de ces vies en fait, pour moi, son aura. L’aquarium de Monterey contient une salle entière avec toutes sortes de méduses. La salle est plongée dans le noir, il ne reste que les pulsations lumineuses de ces créatures tout à fait hypnotisantes. Après un petit moment, notre corps s’adapte à leur rythme. Méditation assurée.

5-Les sauteurs de la falaise à Santa Cruz

Décidément, les surfers sont de braves personnes. Il y a un spot à Santa Cruz où les vagues sont constantes et assez grosses. Pour les atteindre, le chemin est peu commun, je me suis contentée de les regarder de loin. Effectivement, les surfers se jettent du haut de la falaise pour rejoindre les belles mythiques. C’est un lieu hyper populaire chez les surfers, ce qui rend la chose assez surréaliste. On peut voir sauter un surfer avec sa planche à chaque dix minutes. Le spectacle en vaut le détour. Je n’ai toujours pas compris comment ils faisaient pour revenir sur la terre ferme…

6-Les roches-encriers de Monterey

Monterey s’étend sur des kilomètres et de kilomètres de plage. Je ne parle pas de plages pour se faire bronzer. Oui, j’ai quelque chose contre les filles qui se font bronzer indéfiniment sur la plage et qui ne voient rien d’autres qu’un potentiel de beau bronzage. La plage est d’autre chose qu’un salon de bronzage. En tous les cas, pour moi, elle est tout autre chose. Ici, je parle de plages naturelles et sauvages où il y a peu de gens et où il vente à écorner les boeufs et où les cheveux de mademoiselle ne tough pas la run comme on dit. Étranges phénomènes sur ces plages: la mer rejette des roches qui ressemblent à des encriers. Elles sont superbes. Les premières m’étonnaient et quand je me suis aperçue qu’elles étaient toutes dotées d’au moins une cavité, j’ai arrêter de les collectionner. J’en ai gardé deux petites. Je m’en voulais presque de retirer ces deux pièces appartenant à cette gigantesque exposition naturelle et mouvante.

7-17 miles drive, un walt-disney « naturel »

C’est beau, mais en même temps, c’est comme faux. Enfin, c’est difficile à décrire. C’est trop beau pour être vrai. En fait, à la longue, on se dit : c’est trop beau pour être vrai que pour quelques personnes : ceux qui ont les moyens de s’y rendre et ceux qui y vivent comme dans un ghetto. Ce devrait être beau pour tout le monde. Les plages sont cristallines, l’eau est turquoise, il y a des envolées de hérons à toutes les 15 minutes presque top chrono. On dirait que la place à son pre-set comme dans un studio de Disney. C’est étrange cet effet de décor dans la nature, je ne l’avais jamais ressentie avant.

8-Bouquinerie paranormale

À Monterey, il y a une petite bouquinerie de livres usagers. Le gars qui y travaille écoute de la musique étrange, des genres de tambours, on se croirait dans le temple maudit d’Indiana Jones. Il apprend fièrement le français et il compte venir passer l’été au Québec! Assez chouette quand on pense que pas mal d’américains sont confus lorsque je leur dis que je suis canadienne et que je parle français. Bref, cette librairie annonce un contenu très divers, mais la majorité des livres usagers qui s’y trouvent sont des livres sur les fantômes, les pouvoirs de la mer, enfin, toutes les choses qui ne se « voient » pas. La petite place est bien organisée par type de phénomènes paranormaux. À l’entrée, j’ai remarqué que le film culte Wayne’s World était à vendre. J’ai essayé de faire le lien, ça n’a pas marché.

9-L’empreinte de la Californie

On dit souvent que la Californie pourrait disparaître prochainement à cause de sa constitution hasardeuse et de l’océan qui la borde. Prenez le pont pour Big Sur et regardez au loin. La Californie est déjà un fantôme. Tout est tellement humide que l’on a du mal à distinguer entre le ciel et les montagnes, entres les montages et la mer, entre la mer et le ciel. Tout baigne dans une lumière diffuse et brumeuse, comme si la Californie était déjà disparue et qu’il ne restait que son empreinte lumineuse. Évidemment, c’est à couper le souffle!

10-Je vous ai dit que ce petit guide était pour une visite entre San Francisco et Santa Lucia. Je vous mets au défi de trouver Santa Lucia…Cette chose est indiquée sur les panneaux, mais ce n’est qu’un effet de présence.

À ne pas faire, top 2 :

1-Acheter un gros sacs d’artichauts parce que « c’est donc ben pas cher 12 artichauts pour 1$, » mais « c’est donc ben pas pratique dans une chambre de motel ». La femme de ménage était ravie de les avoir par contre!

2-Aller à Carmel en se disant « je suis historienne de l’art, je vais toujours bien aller à Carmel voir les galeries d’art ». Cet endroit est terrible, pas seulement parce qu’il entretient l’attitude aristocratique du milieu de l’art que je trouve totalement absurde compte-tenu de la situation précaire des artistes, mais parce que, coudonc, c’est juste plate 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s